Death Note

Publié le par NeoJin



Je vais parler ici d'un manga relativement récent, ce qui n'est pas habituelle de ma part, étant plutôt fan de la vieille école des mangakas : Tezuka, Toriyama, Hojo, Kurumada etc.
Il s'agit d'un Shonen: Death Note crée par le scénariste Tsugumi Oba et Takeshi Obata aux dessins.
La série contient douzes volumes et sont éditées en France par les éditions Kana.




L'histoire, très originale, est incroyablement prenante, et c'est ce qui à fait je suppose que j'ai accroché à la série dès le tout premier volume. Elle raconte la vie de Light Yagami, un lycéen à l'intelligence hors normes qui jugeant que le monde dans lequel ont vie est totalement pourrie : par la corruption et la criminalité entres autres . Mais sa vie va se voir totalement changé lorsque par hasard, il trouvera sur le sol, un cahier, LE cahier en réalité se nommant Death Note. Celui ci contient un mode d’emploi aux nombreuses règles dont celle ci est la plus importante : " La personne dont le nom est inscrit dans ce carnet meurt  ". D’abord sceptique, Light teste le carnet et découvre qu'en fait son pouvoir est bien réel. Il va alors rencontrer le propriétaire du Death Note, un Shinigami (dieu de la mort) prénommé Ryuk. Celui-ci déclare avoir volontairement laissé tomber son carnet dans le monde des humains dans l'unique but de se divertir.

Light décide d’utiliser le Death Note pour exterminer les criminels dans un premiers temps, dans le but d’éradiquer le Mal et bâtir un monde parfait, celui dont il sera le dieu adoré de tous. Il apprend peu à peu à se servir des pouvoirs du cahier. L’utilisateur peut seulement tuer une personne dont il connaît le visage, en y inscrivant son nom et prénom. Il peut également en détailler la cause ainsi que les circonstances, la cause par défaut étant la crise cardiaque.

Les nombreuses morts inexpliquées de criminels à travers le monde finnissent par attiré l'attention de la police internationale Interpol et du mystérieux et ultra charismatique L, un détective capable de résoudre n’importe quelle enquête, mais dont personne ne connaît ni le visage ou le nom. L décide d’enquêter pour capturer le tueur en série, surnommé par le grand public  Kira ( dérivé de l'anglais Killer). Entre Light et L, tous deux persuadés d’agir pour la justice, va s’engager un combat acharné pour découvrir en premier l’identité de l’autre. L'histoire introduira ensuite une seconde Kira, que Light va très vite rencontrer...



Il s'agit la en fait de la première partie (la meilleure) du manga, étalée sur les septs premiers volumes, on peut parler d'une histoire avec L, et d'une histoire post L, remplacée pour une raison que je ne podcasterais pas ( copyright Maelys 2009), par un autre détective, le jeune Near. L'histoire se dénouera ici, mais j'ai tout de même trouvé d'une part que les nouveaux personnages introduit sont bien moins charismatique, mais aussi que l'histoire se termine de manière trop brutale.

L'anim quand à lui compte 37 épisodes et est actuellement diffusé sur Virgin TV.

Le succès rencontré mondialement par ce manga est gigantesque ( 20 millions d’exemplaires dans le monde, dont plus d’un million juste en France). Il est ma foi bien justifié par l'histoire tout simplement géniale, le suspens qui vous tient en haleine à travers les volumes, et les personnages à la psychologie très poussée. Et pourtant, les scènes d'actions pures ne sont pas légions, en effet, la plusparts des pages sont occupés par des dialogues !

Quelques règles du cahier que je rêverais avoir en ma possession  :

-La personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt.
-Il faut avoir en tête le visage de la personne dont on écrit le nom, sinon cela ne fonctionne pas. Par conséquent, on ne peut obtenir de résultat sur toutes les personnes de mêmes nom et prénom en une seule fois.
-À la suite du nom, si l'on écrit la cause de la mort dans un délai de 40 secondes du monde des humains, cela se réalise.
-Si l'on n'écrit pas la cause, la mort est systématiquement due à un arrêt cardiaque.
-Si l'on écrit la cause, on obtient alors un délai supplémentaire de 6 minutes 40 pour décrire précisément le déroulement de la mort.

Même après avoir écrit le nom, l'heure et les circonstances, il est possible de les modifier autant de fois qu'on le souhaite pendant 6 min 40. Bien entendu, pour que le changement soit possible, il ne faut pas que la personne soit déjà morte.
-Lorsque l'on veut faire une correction pendant les 6 min 40, il faut alors barrer de deux traits les mots à corriger.
-Comme vous l'avez vu ci-dessus, il est possible de modifier l'heure et les conditions de la mort, mais une fois que le nom est écrit dans le Death Note, la personne ne peut plus échapper à la mort.

Dès lors que le Death Note tombe dans le monde des humains, il lui appartient.
-Celui qui s'en saisit devient alors capable de voir et d'entendre le dieu de la mort qui en est l'ancien propriétaire.
-Celui qui fait usage de ce cahier ne va ni en enfer ni au paradis.

Il y en a un tas d'autres , et l'ont ce rend vite compte qu'être le possesseur d'un tel cahier est loin d'être une chose aisée...

Un shônen indispensable à tout amateur de mangas donc !

Je vous laisse avec une vidéo bande annonce du film Death Note sorti au Japon en 2006 :



Et une petite parodie bien fun :

Publié dans Manga

Commenter cet article

Jaï 05/11/2010 20:57


ce manga est graphiquement surnaturel parfois je regarder sur la 17


Starvin' Marvin 05/04/2009 16:16

Excellent aussi la vidéo avec Mugen ^^ !

Starvin' Marvin 05/04/2009 16:15

La première image de cet article sur Death Note je l'ai en " Poster en tissu " dans ma chambre :D !