Gunnm

Publié le par NeoJin



Gunnm est un manga de Yukito Kishiro, édité en France aux éditions Glénat de 1995 à 1998. Il comprend 9 volumes en tout.
L'histoire se déroule dans un futur ultra violent, et prend place dans la ville de Zalem, une cité volante qui surplombe une ville ou regne le chaos et l'anarchie. Peuplée de cyborgs et autres junkies survivant grâce aux déchets que deversent quotidiennement Zalem. Au milieu d'une décharge, Ido, un spécialiste en cybernétique, découvre les restes d'une jeune fille. Il lui donne le nom de Gally et lui offre un nouveau corps mécanique, il l'a considèrera comme sa propre fille. Mais ce cadre iddyllique s'arrêtera la car le docteur Ido à une autre activité, il est chasseur de prime et va se "servir" de Gally pour l'aider, car celle ci possède des capacités de combat hors du commun, competences datant de son passé mysterieux...




Gunnm est La série phare de Yukito Kishiro. Trouvant très vite son un public au Japon avant d'autres pays, comme la France ou encore, fait exceptionnel les Etats Unis ou le manga rencontrera un grand succès. Selon l'auteur, Gunnm tourne autour de deux axes. Le premier etant la survie dans un monde d'une extrême noirceur,  angoissant, violent et pervers, ou tout ce qui est beau ou represente le bien semble avoir disparu. Ce qui le rapproche des visions du mouvement cyberpunk (Akira en est un autre grand representant). Le second est simplement le fait pour ses survivants de rechercher le bohneur, par tout les moyens.


Gunnm est une œuvre se démarquant beaucoup des autres mangas Japonais,  car il est l'un des rares Seinen à ne contenir aucune référence typique au pays du soleil levant, les references sont cosmopolites ( Allemandes, Indiennes etc). C'est pour cela que la serie rencontrera un plus grand succès dans les pays étrangers ainsi qu'à la relative impopularité des univers cyberpunk au Japon. L'autre aspect plus restrictif est principalement du au fait que Gunnm ne respecte pas les principaux codes du shonen, en effet l'heroine principale n'est pas comme dans ce genre de manga un héros auquel tout le monde peut s'identifier.


On ressent d'ailleurs rapidement noirceur de ce manga. Les habitants de la décharge représentent les extrêmes de l'humanité. La majorité de ces habitants sont robotisés, afin de devenir plus resistante, dans le simple but de survivre. Les vols d'organes sont monnaie courante, ainsi que les pillages, massacres et autres meurtres parfois pour un oui ou pour un non. La philosophie du "chacun pour soi" est ici primmordiale car il est impossible de savoir en qui ont peut avoir confiance. Mais cette noirceur est aussi visible dans le comportement des habitants de Zalem, la cité volante. D'une part, la terre et leurs habitants sont leurs décharge. Ils ne se soucient pas des "gens d'en bas". Zalem puise toute ses ressources sur Terre et rejette ensuite ses déchets sur les habitants.

L'espoir est tout de même présent dans cette oeuvre. C'est uniquement lorsqu'on est dans les bas fonds qu'on peut apprécier la lumière à sa juste valeur. Des personnes comme Gally ont la rage de vivre et arrivent à transmettre tout autour d'eux la gentillesse et le respect ainsi que l'amour ou simplement le rêve.

Il y a un équilibre très précaire entre la vie et la mort, la joie et le malheur. Et on peut retrouver cet "équilibre "dans la personnalité de Gally : tantôt douce, tantôt ultra violente et décrite comme étant l'Ange rouillée de Zalem...


Le manga connaitra une suite, avec Gunnm The Last Order, Yukito Kishiro n'ayant pas été satisfait de la fin qu'il avait apportée au dernier tome, arrivant trop vite selon lui, apportant une conclusion quand il aurait voulu faire une suite, à cause de problèmes de santé. J'ai beaucoup moins accroché par contre, cela dit je n'ai lu que les 2 premiers tomes, et cela commence à dater... Peut être vais je essayer d'approfondir tout de même un peu mes lectures de cette suite.
Amateur d'Akira et de cyberpunk donc, voici un manga fait pour vous !

Publié dans Manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article