Shinobi !

Publié le par NeoJin




J'ai enfin reçu ma Master System II ce matin, avec un joli paquet de jeu, pour l'occasion, j'ai décidé de faire un article sur le plus emblématique des ninjas du monde du jeux videos, je veux bien entendu parler de Shinobi !

Jeu d'action développé par Sega pour les salles d'arcades à l'origine en 1987, Shinobi sera ensuite adapté sur tout les supports disponible à cette époque : Master System, Nes, PC Engine, Amiga, Atari, Commodore...

Il s'agit donc de l'episode fondateur de la série mettant en scène le légendaire ninja de Sega, Shinobi. Il fut l’un des jeux phares de la Master System à ses débuts et contribua beaucoup au succès de la console. Comme dans tous les jeux qui allaient suivre par après, on incarne le ninja solitaire Joe Musashi dont la mission est de secourir tous les enfants de son clan, séquestrés par une organisation criminelle nommée Zeed (ou Z ). Dans chacun des deux ou trois stages que comprend une mission, un certain nombre d’enfants sont retenus prisonniers par les membres de Zeed. Il est impératif de les secourir tous pour boucler le niveau. Chaque enfant secouru vous rapportera des points, de l’énergie, une arme de combat rapproché (katana, nunchaku...) ou un power-up (qui transforme les shuriken en poignards, en arme à feu ou en grenades).

Les otages se trouvant parfois en hauteur, Musashi peut bondir sur différents plans de déplacement, par exemple sauter jusqu’à un balcon surélevé, ou redescendre d’un niveau dans le stage qui se déroule dans un amas de tuyauteries. Les adversaires, variés, comprennent tout autant des punks à la Street Of Rage que des militaires ou des ninjas. Chaque mission se termine par un boss : l’énorme samouraï qui tire du feu, un hélicoptère bourré de ninjas, des bouddhas tournoyants qui avancent inexorablement pour écraser Musashi … La plupart de ces bad boys sont passés à la postérité tant ils faisaient preuve d’originalité pour l’époque.


Côté graphisme et gameplay, le portage Master System respecte fidèlement l’esprit du jeu original, même si les limitations de la console se ressentent au niveau technique. Le sprite du ninja est ainsi beaucoup plus petit, le jeu est moins vif et lorsqu’on saute d’un plan à l’autre, le résultat étonne par sa lenteur. Musicalement, le thème de Shinobi, qui revient pratiquement tout au long du jeu, est suffisamment fantastique et marquant pour que l’on puisse le supporter très longtemps, beaucoup plus longtemps en tout cas que le commun des mélodies sur Master System. Malgré ces petites limitations, l’adaptation Master System de Shinobi est une des meilleures qui soient, car tous les éléments du jeu original, les armes et surtout, l’esprit et l’atmosphère du jeu d’arcade ont été conservées. Malgré une jouabilité un peu lourde et un ninja qui semble un peu rouillé, Shinobi est bien fichu techniquement, très difficile sans être rédhibitoire et surtout, offre à pleines poignées ces petits éléments abstraits et intangibles qui rendent un jeu formidable.

Il s'agit donc la d'un indispensable de la console 8-Bits de Sega à posséder absolument, que je vais d'ailleurs m'empresser de terminer !


Venons en à present à mon épisode favori, sorti en 1989, que j'ai terminé une seule fois, mais auquel j'ai joué d'innombrables heures à l'époque :


Shinobi était à l'époque avec Sonic et Alex Kidd l'un des grands emblêmes de Sega, personnage charismatique à souhait, il a énormément contribué au succès des consoles de la firme japonaise, The Revenge of Shinobi fut le premier épisode à voir le jour sur la 16-bits de Sega, après un premier opus mythique sur MS donc.

Le clan Neo Zeed, ivre de vengeance à l’égard du maître ninja qui l’avait réduit à néant des années auparavant, vient de savourer sa revanche, en tuant le vieux sensei du guerrier de l'ombre et en capturant sa fiancée, Naoko. Il faudra un jour dresser le listing de toutes ces kidnappées compulsives (Peach, Zelda...) pour lesquelles les personnages de jeu vidéo affrontent mille dangers, et qui se contentent de les embrasser pudiquement à la fin, comme si les dits héros s'étaient contenté des les aiders à monter les courses !

Trêve de bavardages, Joe Musashi est bien décidé à détruire une fois pour toute le clan maléfique, et il pourra toujours compter sur ses shurikens et son katana pour se frayer un passage sanglant à travers les hordes d’ennemis à la solde du cartel maléfique. De nombreuses caisses seront disséminées au fil de la progression, renfermant des munitions, des recharges d’énergie, des power-up ou de la magie ninja… mais aussi des bombes qui exploseront à votre approche si vous n’y prenez pas garde. En parlant de magie ninja, Musashi pourra cette fois utiliser 4 techniques ancestrales pour améliorer ses capacités de combat. L’une d’entre elles le fera sauter plus haut et plus loin, la seconde lui fournira une protection à base de la puissance de la foudre, et la troisième déclenchera une tempête de feu à l’écran. Mais la magie la plus impressionnante reste celle où Musashi explosera littéralement, dévastant tout ce qui remue à l’écran. Cette dernière technique kamikaze lui coûte cependant énormément d’énergie.

Musashi est également pourvu de la capacité de réaliser un double saut tourbillonnant pour atteindre des plates-formes autrement inaccessibles. Lorsqu’il tire dans cette position, ce ne sont pas moins de 8 shurikens qui seront expédiés en arc de cercle sur l'adversaire. Cette technique est certes gourmande en munitions mais permet généralement d’annihiler toute opposition à l’écran. Dans la base militaire ou sur l’autoroute, ce saut vous permettra même de passer devant ou derrière les grillages ou la rambarde, évitant de cette manière tous les ennemis présents du côté que vous venez de quitter.

Musashi voyagera à travers le Japon, puis aux Etats-Unis pour atteindre la base secrète de Zeed. Heureusement, contrairement au premier épisode, il ne s’agira plus de retrouver des otages, mais simplement d’avancer, d’éviter ennemis, systèmes de défense et pièges pour parvenir au terme de chaque level. Ces différents levels possèdent un design et une atmosphère dont bien peu de jeux Megadrive peuvent se vanter. Les plus mémorables d’entre eux à mes yeux sont la cascade, ses troncs d’arbre mobiles dans les chutes et ses ninjas volants (niveau très dur au passage ) ; Chinatown et le métro lancé à pleine allure, et les docks de New-York où il faudra sauter sur des bouées flottantes dans les eaux agitées du port. Quant au terrible labyrinthe final de la base secrète de Zeed, il donnera du fil à retordre aux meilleurs apprentis ninjas-gamers. On signalera encore la discothèque à l’éclairage psychédélique dans laquelle on affronte le deuxième boss, et qui rend difficile sa localisation exacte ( qui rappelle un tant sois peu la discotheque de SoR 3) ; le convoi militaire lancé à pleine allure sur lequel il faudra détruire les points stratégiques tout en évitant les nombreux systèmes de sécurité, ainsi que quelques boss marquants : on affrontera ainsi un émule de Terminator, ainsi que Spiderman et un pseudo Batman, tandis que certains autres sont d’une taille bluffante, je n'en dirais pas plus sur le boss que l'on affronte à New York !

Coté réalisation, malgré des décors parfois un peu vides,  Revenge of Shinobi demeure encore plus que satisfaisante aujourd’hui. Sprites de grande taille, design superbe, bande sonore signée Yuzo Koshiro (le génial musicien de Streets of Rage entres autres) de toute beauté, avec des thèmes endiablés ou mélancoliques suivant les circonstances, il faudrait vraiment faire preuve de mauvaise foi pour reprocher quoi que ce soit de notable à cet excellent travail !

Ce jeu est donc également une légende du jeu vidéo, et cette première adaptation 16-bits se montre à la hauteur de l’original, et le dépasse même pour moi ! Réalisation irréprochable, progression passionnante, univers et personnages charismatiques, il s’agit ni plus ni moins du premier grand jeu à être sorti sur Megadrive, et il n’a quasi pas pris une ride jusqu' aujourd’hui !


Notons également la sortie de pas mal de dérivés de la série : sur Master System et Game Gear notamment avec un Alex Kidd dans l'univers de Shinobi, un Shinobi X sur Saturn que je rêverais de posséder. Un troisième épisode est sorti sur Mega Drive, ainsi que , plus recemment, un épisode sur Playstation 2.

Des classiques de Sega, que tout gamer se doit de connaitre donc !

Publié dans Jeux rétro

Commenter cet article