Docteur Slump

Publié le par NeoJin



J'ai décidé aujourd'hui de faire un petit article sur mon manga comique favori, qui s'avère également être un grand classique du genre, réalisé par le maitre Akira Toriyama ( papa de Dragon Ball ) , paru entre 1980 et 1985 dans la revue japonaise Shonen Jump.
La publication française chez Glénat comprend quand à elle 18 volumes.

Ce manga propose un bou­quet totalement dé­li­rant, en­chaî­nant les gags les plus in­sen­sés et les si­tua­tions pa­ro­diques concer­nant le folk­lore ja­po­nais et mon­dial. Dans le petit uni­vers com­plè­te­ment dingue du vil­lage Pin­gouin, la vie est om­ni­pré­sente et les per­son­nages tous plus barges les uns que les autres. Et comme au pays des cin­glés, les niais sont rois, les aven­tures de Aralé et Senbeï sont des his­toires tout droit sor­tis d'un cer­veau créa­tif comme ja­mais qui va nous ame­ner dans des fous rires sans fin.


Senbeï No­ri­ma­ki est un créa­tif docteur far­fe­lu qui mul­ti­plie les in­ven­tions in­utiles. Le jour ou commence l'histoire du manga, il met au monde de ses grosses pa­luches le pre­mier être ro­bo­ti­sé porté par le Vil­lage Pin­gouin, un être ca­pable de cou­rir plus vite, sau­ter plus haut et ré­sis­tant à tout et à la force titanesque. A l'ap­pa­rence d'une ado­les­cente, Senbeï a créé Aralé, un robot naïf, dé­lu­ré et qui ne pense qu'à s'amu­ser. C'est le début de longues aven­tures et de sou­cis pour le créa­teur dans l'op­tique d'édu­quer son robot et par­ve­nir à trou­ver le bon­heur, lui qui est consi­dé­ré comme le plus grand obsédé sexuel du vil­lage Pin­gouin. Sa tâche est ren­due d'au­tant plus dif­fi­cile qu'il n'est pas aidé par le petit monde dé­jan­té qui l'en­toure car entre les extra terrestres, les super héros évo­luant plu­tôt en tant que super ratés (une pa­ro­die géniale de Su­per­man entre autres) ou en­core des per­son­nages pa­ro­diques d'ori­gine di­verse comme M. Spock, Yoda, God­zilla, Monsieur Caca,  ou même Clint Eastwood. Toriyama lui même apparait parfois dans ces propres pages ! De l'hu­mour,  rien que de l'hu­mour, les blagues s'en­chaînent sans re­lâche avec un ni­veau d'ab­
sur­di­té qui frôle les 100%.


En effet, l'hu­mour part dans tous les sens : tout et n'im­porte quoi à la fois sans ja­mais s'ar­rê­ter. Pour­tant, ce n'était pas gagné d'ap­pré­cier Docteur Slump,  sur­tout à cause de la pré­sence de nom­breuses formes de vannes ou de jeux de mots typiquement Japonais , mais la tra­duc­tion fran­çaise par­vient à rendre toute aussi per­for­mante l'at­mo­sphère ori­gi­nale. Et pour qui est habitué à l'humpur des premiers volumes de Dragon Ball, cela ne posera aucune problême. On pour­ra également re­gret­ter la pré­sence d'un peu de vul­ga­ri­té mais l'uni­vers est tel­le­ment in­ven­tif, les ef­fets pa­ro­diques in­at­ten­dus et les per­son­nages si drôles que s'im­pré­gner du vil­lage Pin­gouin de­vient ra­pi­de­ment une né­ces­si­té ab­so­lue. Au cours des dix-​huit vo­lumes, la pres­sion ne se re­lâche ja­mais et la pro­por­tion de gags à la page est hal­lu­ci­nante. Du coup, il reste peu de places pour un scé­na­rio concret, les évé­ne­ments ont ra­re­ment une in­fluence d'une his­toire à l'autre, seuls les per­son­nages nou­veaux ap­portent leur contri­bu­tion au dé­lire am­biant. En gros, le thème de­meure l'ap­pren­tis­sage des codes de la vie quo­ti­dienne d'hu­main et les sau­ve­tages pa­thé­tiques de l'hu­ma­ni­té par Aralé, ryth­mé par les in­ven­tions loufoques de Senbeï.


Les per­son­nages de Docteur Slump sont sa force. L'ima­gi­na­tion de To­riya­ma est sans li­mite, on res­sent même une in­fluence du cartoon Tex Avery dans la créa­tion des gri­maces et chutes de gags par­fois lour­de­ment or­ches­trés. Les dix-​huit vo­lumes ne tombent ja­mais dans la re­dite, le re­nou­veau est amené par les ren­contres in­con­grues entre per­son­nages spé­cia­listes du non sens, même si cer­tains gags re­sur­gissent fré­quem­ment. Chaque ar­ri­vée mé­rite un ton­nerre d'ap­plau­dis­se­ments lors de l'in­tro­duc­tion ro­cam­bo­lesque pro­vo­qué par cer­tains d'entre eux, le don de la mise en scène d'Akira To­riya­ma s'améliore de volumes en volumes et les lé­gers manques trou­vés dans les pre­miers sont lar­ge­ment ef­fa­cés par la suite, au point qu'à par­tir du cin­quième vo­lume le lec­teur se de­mande bien la façon dont le man­ga­ka va pou­voir le sur­prendre. Mais il y ar­rive en­core et tou­jours. A base de jeux de mots to­ta­le­ment niais, de gri­maces ou en­core de gags, l'oeuvre est aussi bour­ré d'ex­pres­sions et phrases d'an­tho­lo­gie, les fa­meux  "N'cha " et  " Hoyoyo " d'Aralé entre autres. Les détails present au long des pages sont également une des grandes force du manga, il y en a quasiment à toutes les cases (parfois l'ont peut apperçevoir le soleil se brossant les dents...).




Le des­sin pro­pose la par­ti­cu­la­ri­té de mé­lan­ger le super deformed et les traits plus réa­liste. La prio­ri­té est évi­dem­ment à l'hu­mour à ou­trance d'où des pro­por­tions to­ta­le­ment dé­me­su­rées entre les têtes et les corps. Mais il existe tou­jours ce petit plus chez To­riya­ma qui fait de lui un très grand des­si­na­teur. Au­tant le man­ga­ka rend ses per­son­nages ri­di­cules pour nous faire rire, au­tant il est ca­pable de su­perbes re­pré­sen­ta­tions lors­qu'il des­sine le scien­ti­fique. Les cases sont tou­jours im­pec­cables, c'est d'ailleurs sa marque de fa­brique, le dé­cou­page reste assez clas­sique et four­mille de dé­tails. Ne cher­chez plus, tous les élé­ments étaient déjà pré­sents en 1980 pour faire de Docteur Slump un manga culte.

Si donc, vous souhaitez connaitre l'oeuvre d'Akira Toriyama, pré-Dragon Ball ( Aralé fera d'ailleurs des années plus tard une apparition dans l'autre oeuvre majeur du maitre), et que vous apprécié l'humour baré, ce manga est totalement indispensable, certe, il ne plaira pas à tout le monde, mais une fois entré dans ce petit monde à part qu'est le village Pingouin, il sera très difficile d'en ressortir !

Petite vidéo de la rencontre Aralé / Sangoku :

Publié dans Manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yoshi 14/07/2009 17:46

Sans ce manga j'aurais jamais trouvé un caca mignon! le meilleur manga à enmener aux toilettes.