Zelda : Link's Awakening DX

Publié le par NeoJin




Aujourd'hui, je vais vous parler du meilleur jeu sur console portable auquel j'ai pu jouer, je veut bien entendu parler de Zelda : Link's Awakening sur Game Boy, la version DX pour être précis, car c'est avec cette version que j'ai découvert ce classique.

Il sort la première fois en 1993 sur Game Boy, développé et édité par Nintendo. L'équipe des maitres de Nintendo est aux commandes : Shigeru Miyamoto, Takashi Tezuka et le génial compositeur Koji Kondo. Il est le premier épisode de la saga sur console. Le je sera donc réédité sur Game Boy Color en 1999 avec le préfixe DX, y gagnant des graphismes colorées et un donjon supplémentaire.

Petit topo du scénario, et de son intégration dans la chronologie officielle de la série Zelda :

L'intro nous montre Link,  surpris par une tempête alors qu'il navigue sur une mer très agitée. Frappé par la foudre, son rafiot sombre. Link réchappe du naufrage et échoue sur une plage de l'île Cocolint où il est recueilli par Marine, une jeune fille, qui lui rappelle étrangement la princesse Zelda. Link retrouve son épée sur la plage, et son bouclier lui est rendu par Tarkin, le père de Marine. Alors arrive un hibou, qui lui dira seulement cela :  " Réveille le poisson rêve, et tout te sera expliqué"

Résolu à retrouver les siens à Hyrule, Link devra traverser l'île de long en large, explorer de nombreux donjons, résoudre énigme sur énigme afin de récupérer les huit instruments qui pourront libérer le gardien de l'île, le Poisson rêve de son sommeil.


Les personnages récurrents de la série The Legend of Zelda sont tous absents, mais souvent étrangement évoqués. Chose étonnante également,  certains personnages de l'île bien qu'ayant des noms différents nous font penser à des gens que Link connaît. Dans cette oeuvre qu'est Link's Awakening,  il est souvent fait référence au sommeil, au rêve et au cauchemar. Il existe même un lieu dans le jeu ou l'on accède uniquement en se couchant dans un petit lit et en s'endormant. La fin du jeu donnera d'ailleurs en la matière beaucoup d'information sur cette île, fin par ailleurs très belle et poétique. Car en effet on peut y voir une partie du subconscient de Link: les personnages amis ressemblent à ses alliés: Marine ressemble à Zelda et Tarkin à l'oncle de Link dans The Legend of Zelda: A Link to the Past. Même les boss en évoquent certains déja affronté dans d'anciens épisodes.
L'ambiance du jeu est souvent mélancolique: ainsi un petit fantôme viendra vous hanter en sortant du domaine de Zora et vous demandera de lui faire visiter son ancienne maison afin qu'il puisse reposer en paix dans le cimetière. Il est assez souvent fait référence à la mort, dans le cimetière, mais aussi près de la dépouille du coq volant dans le village. Marine a également souvent l'habitude de regarder le ciel, assise sur des rochers et à rêvasser des heures durant. Elle chante également une mélodie assez triste qui détend instantanément tous les personnages du jeu. Marine souhaite d'ailleirs partir avec Link par delà les mers, mais vers la fin du jeu, celle ci preferera que Link reste éternellement sur l'île Cocolint... Les dialogues sont variés et évolutifs, et bénéficient d'une excellente traduction.


La série Zelda n'est pas spécialement destinée à avoir une chronologie particulière. Il est toutefois très probable que Link's Awakening est la suite directe de l'épisode Super Nintendo: A Link to the Past. En effet, en s'appuyant sur le manuel de jeu, il apparaissait la chose suivante : quelques mois après avoir vaincu Ganon et ramené la paix au royaume Hyrule, Link avait décidé de partir en quête de connaissances et de sagesse afin de se tenir prêt si une nouvelle menace venait à frapper le royaume. Après un long périple Link, se sentant assez fort, décidait de retourner en Hyrule. Ceci semble donc directement suivre l'histoire de l'opus Super Nintendo. Cependant, en 2001, Nintendo sort deux épisodes parallèles ( Gaidens ) sur  Game Boy Color : The Legend of Zelda: Oracle of Ages et The Legend of Zelda: Oracle of Seasons. On peut donc supposer, même si ce sont des épisodes gaidens, que les trois se suivent...


Venons en à présent au jeu en lui même, graphiquement, le jeu est très beau, peut être même le plus beau que la console ait connu, lors de sa sortie comme des années plus tard. La colorisation ne fait que rajouter un charme sublime en supplément à tout cela. Les cinématique de fin et de début restent les plus impressionnantes. Le jeu est resté classé plus beau jeu de la game boy de 1993 aux débuts des années 2000 avec l'arrivée de la GBC et de la GBA  dans de nombreux magazines spécialisées.

Le gameplay atteint lui aussi l'excellence, les armes sont accessibles via le menu, où le joueur attribue les objets aux boutons  A  et  B . La carte est accessible via le bouton select. Cette configuration sera reprise sur de nombreux autres jeux. Ce système permet des combinaisons d'armes inédites dans la série.

Parmi les objets inédits , on trouve la plume qui permet de sauter. Combinée aux bottes de pégase, la plume permet d'effectuer des sauts plus haut. Il est aussi possible de passer certaines armes au niveau 2, comme l'épée, le bracelet ou le bouclier.

Certains éléments bien fun on été rajouté pour le gameplay, la possibilité de pêcher notamment qui sera repris dans les épisodes suivant. Comme dans tout les Zelda, on progresse dans l'aventure en explorant des donjons, résolvant les énigmes et en battant les boss pour recuperer des clés et items spéciaux.




La musique tient une place très importante dans cet opus, la Game Boy est exploitée au maximum de ses capacités et Koji Kondo compose à l'occasion un vrai chef d'oeuvre, à savoir la Ballade du Poisson-rêve. Mais elle joue aussi un rôle central dans le scénario à travers l'Ocarina dont Link aura besoin pour avancer dans sa quête. Les thèmes classiques de Zelda y sont présents, avec des morceaux composés exclusivement pour le jeu. Pour la première fois, chaque donjon a une musique propre. Ils sont pour la plupart composés par Koji Kondo qui a fait les musiques de tous les jeux Zelda à l'exception de quelques uns ( ceux développés par Capcom ).

La version DX a également quelques petites spécificités sympathique au dela de la simple (mais excellente ) colorisation du titre :

Un donjon inédit faisant appel à des énigmes avec des blocs de couleur est disponible (accessible après avoir achevé l'exploration du premier donjon). La récompense de ce donjon facultatif est une tenue, rouge ou bleue. La tenue rouge double la force de Link, tandis que la tenue bleue diminue les dégats pris de moitié. 

Un personnage inédit fait aussi son apparition : le photographe. Il prend le joueur en photo dans certaines situations, et à certains moments de l'aventure seulement. Il est possible à tout moment d'aller chez lui et voir les photos qu'il a prises. Celles ci peuvent être imprimées avec le Game Boy Printer.

Le jeu fourmille de détails sympathique : il est possible de voler le marchand de la boutique pendant qu'il a le dos tourné. Cependant, à partir de ce moment, les personnages du jeu vous appelleront Voyou. De plus, le marchand vous tuera dès que vous retournerez dans sa boutique.

De nombreux personnages issus de l'univers Nintendo apparaissent aussi tout au long du jeu. C'est le cas de Wart (Super Mario Bros 2) devenu star du rap, du Chomp (boulet à crocs très vorace, attaché à une chaîne) et de Maskass imitant les mouvements du joueur (provenant tous deux de la série des Super Mario), d'une représentation de Peach (photo donnée par une chèvre). De plus, on peut remarquer la présence de Kirby en tant qu'ennemi, des Goombas, ainsi que de Yoshi dans la maison de jeu avec le grappin.



Voila a peu près tout ce qu'il y avait à dire sur ce jeu sublime, qui m'a fait acheté la Game Boy Color à l'époque, vaste, très joli graphiquement, musique et gameplay au top, sans parlé de l'ambiance qui est en fait le point culminant du jeu, Link's Awakening est un classique, que tout fan de Zelda ou gamer digne de ce nom se doit de posséder.

On se quitte avec un petit Walktrough :

Publié dans Jeux rétro

Commenter cet article

NeoJin 29/08/2009 08:44

Effectivement, faut vraiment être mordu pour accrocher à 100 % aux épisodes post Ocarina of Time, mais bon, je suis en train de faire Twilight Princess et j'aime pas mal, on retrouve la magie des anciens épisodes !

Sombre Plume 27/08/2009 10:50

L'un des meilleurs zelda avec a link to the past....
Après le 64 les zelda ça m'a soulé !

Nerdz dorama 21/08/2009 12:31

Bonjour très cher fan de Nerdz ou de DAvy seulement :p
Je signe l'ouverture certes d'un Skyblog c'est pitoyable mais sur NerdZ alors la sa remonte direct :p. Je fait de la pub pour être un peu plus connu je m'en excuse mais sa pourrait peu être m'aider a certaine chose grâce a vos connaissance :p.
A très bientôt je l'espère en espèrent vous compter dans mes prochaine visite :)
http://nerdz-dorama.skyrock.com/

mighty max 19/08/2009 19:11

le meilleur episode de zelda avec le tres sous estimé majoras mask !