Final Fantasy VI

Publié le par NeoJin



Cela fait quelques temps que je voulais faire un article sur un autre épisode mythique de la saga Final Fantasy ( après le trop court résumé de FF VII au début du blog ), j'ai donc décidé de faire un petit test du 6ème épisode, dans sa version Playstation.

Comme tout le monde le sait, il s'agit d'un RPG édité par Squaresoft, sorti pour la 1ère fois au Japon en 1994, puis diversement adapté par la suite ( sur Game Boy Advance, sur Super Nintendo aux USA sous le nom de Final Fantasy III et enfin, la version Playstation).


Il faut savoir que cet opus est, avec Final Fantasy VII, considéré par nombre de gamers comme étant tout simplement le meilleur titre que Squaresoft ait jamais développé. On peut dire que ceux qui n'ont jamais gouté aux joies de l'import en auront bavé d'attente pour voir arriver le jeu sous nos contrées. En effet, il aura fallu pas moins de huit longues années à l'éditeur nippon pour se décider à faire profiter les joueurs européens de ce bijou. Le temps ayant passé, ce n'est plus la Super Nintendo qui accueille ce titre prestigieux mais la Playstation de Sony qui commençait à cette époque ( 2002 )  justement à manquer de nouveautés. Mieux vaut tard que jamais comme on dit... Voyons à présent si le poids des années n'a pas trop entamé les nombreuses qualités qui ont fait la légende de ce titre.

Pour les quelques personnes qui ont hiberné ces dix dernières années, ou plus simplement pour les plus jeunes d'entre vous, un petit résumé de l'histoire :

Quelques milliers d'années après une terrible guerre qui ravagea la planète et ses habitants, la population parvenait peu à peu à rebâtir une civilisation prospère dans un monde dorénavant dominé par une technologie de pointe, et non plus par la magie comme c'était le cas avant la catastrophe. Vous incarnerez en premier lieu une jeune femme mystérieuse nommée Terra possédant des pouvoirs aussi étranges que puissants. L'Empire, une armée conquérante dirigée par Ghestar, ne tardera pas à essayer de l'asservir pour en faire une alliée de choix. Après quelques minutes de jeu, Terra se retrouvera sauvée par un jeune voleur nommé Locke puis rejoindra avec lui la résistance pour tenter de faire chuter le dictateur et ses puissants généraux. S'en suivra ensuite une aventure des plus magiques qu'il soit possible de vivre sur console, avec tous les ingrédients pour vous tenir en haleine tels que de l'aventure, des combats épiques, des retournements de situation et même de l'amour... Vous l'avez compris, le scénario de Final Fantasy VI est tout simplement grandiose et très travaillé, tout comme les nombreux personnages que vous rencontrerez, incarnerez ou combattrez au fil de votre quête, on y rencontrera également l'un des méchants les plus emblématique de l'histoire du jeu vidéo en la personne de Kefka :



Le système de combat quant à lui est désormais relativement classique, il repose sur le principe des "Espers" qui est très proche du système des Materias de Final Fantasy VII. En les équipant, vous gagnerez des niveaux de magie au fil des combats, puis, avec l'expérience vous accéderez peu à peu aux sorts les plus dévastateurs.
L'aventure est longue, et comptez au moins une trentaine d'heures pour faire le tour du jeu. De plus, le déroulement su scénario n'est pas trop linéaire, en effet, plusieurs petites quêtes facultatives sont disséminées par-ci par-là et rallongent sensiblement là durée de vie du titre, pas le temps de s'ennuyer dans un premiers temps, car tant au niveau du gameplay que du scénario, tout est fait pour captiver le jouer un maximum.

De la Super Nintendo à la PSone, Final Fantasy VI n'a absolument pas été retouché, ou presque. C'est-à-dire que vous vous retrouverez devant le même jeu que celui sorti en 1994 : que ce soit au niveau des graphismes, de la musique, ou encore du scénario, tout sera rigoureusement identique. Il faut dire que malgré son grand âge, il tient encore bien la route sur le plan technique. Bien sûr, il ne faut plus s'attendre à en prendre plein les yeux avec des effets spéciaux de folie, comme à partir du 7ème épisode mais le style reste très mignon ( personnages en SD, décors en 2D ) et propre. Suffisamment correct en tout cas pour ne pas gêner et empêcher le joueur de se plonger dans l'histoire. Les musiques sont elles, toujours aussi magnifiques, et ceux qui y sont déjà familiers les ré-écouteront avec un grand plaisir voire une certaine nostalgie... Le thème principal est tout simplement inoubliable et composé par le grand Nobuo Uematsu.




Le seul ajout que Squaresoft a implanté dans cette version Playstation de FF VI sont les séquences cinématiques en images de synthèse qui viennent illustrer encore mieux le côté très scénarisé de ce titre. Ces séquences sont vraiment de bonne facture, comme de coutume dans la saga des Final Fantasy. Il faut également savoir que le jeu était vendu avec la démo de Final Fantasy X, afin d'attirer le plus grand nombre de joueurs à découvrir ou redécouvrir cet opus.

Mais il ne faut pas se voiler la face pour autant,  si le jeu en lui même est excellent, il ne s'agit malgré tout ni plus ni moins d'une émulation ( de très bonne facture certe) de Super Nintendo sur un CD Playstation... Aussi il est normal d'être très exigeant avec cette conversion, vu que le travail fourni et le développement sont largement moindres que pour une vraie nouveauté. Malheureusement, tout n'est pas encore parfait et c'est un comble pour un titre déjà tout prêt qu'il n'y avait plus qu'à transposer. En effet, le jeu tourne désormais en 50 Hz, ce qui veut dire que l'ont a droit aux bandes noires,  en haut et en bas de l'écran et que l'image est bien tassée... Il en est forcément de même pour la vitesse de jeu qui s'en retrouve sensiblement réduite, les combats sont moins dynamiques qu'auparavant. Pour rester dans le domaine de la lenteur, il faut savoir que des courts, mais perceptibles temps de chargement ont fait leur apparition après et avant chaque combat. Rien de catastrophique bien sûr, mais des petits défauts pérceptible par ceux qui auront fait au préalable la version import. Autre point ennuyeux et qui pourra encore une fois rébuter beaucoup d'entre nous : le jeu est en anglais. Rageant pour ceux qui ne comprennent pas la langue de Shakespeare, au vu de la complexité du scénario surtout... Le jeu réedité en 2002 tournait aux alentours de 15 euros, aujourd'hui, sa cote peut monter jusqu'a 60 euros, ce qui explique que certains prefereront acquérir directement la version import sur Super Famicom.

 

Si vous ne connaissiez pas encore ce qui reste un classique de cette longue saga, il est temps de rattraper ce retard, bien qu'il serait compréhensible comme je le disait plus haut , que vous lui préfereriez la version import, ou une émulation pur et simple...

On termine avec une vidéo de l'intro, réalisé spécialement pour la version Playstation :




Et une vidéo dans le jeu pour finir :



Publié dans Jeux rétro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article