Final Fantasy IX

Publié le par NeoJin



Aujourd'hui, petite présentation du dernier épisode de la saga Final Fantasy sur Playstation, je le considère comme l'un des meilleurs de toute la série, et comme son dernier opus réelement digne de ce nom.

Il s'agit donc bien entendu d'un RPG, sorti en 2000 au Japon, et un peu moins d'un an plus tard en France. Toujours développé par les studios de Squaresoft sous la direction d'Hiroyuki Hito et de Hironobu Sakaguchi.

Final Fantasy IX représente en quelque sorte un retour aux sources pour la série, après un 7ème épisode baigné d'ambiance futuriste et cyberpunk et un 8ème dans le même ton ( Science fiction futuriste donc, bien que je l'ai trouvé bien inférieur à ses ainées ), cette neuvième fantaisie retrouve l'univers heroic fantasy des 16 Bits. Finis les réacteurs Mako et les universités volantes et place aux châteaux, aux princesses et aux mages noirs. La volonté de Square de faire plaisir aux fans en revenant à cette ambiance typique de la série est facilement palpable grâce à ses personnages en SD, ses thèmes musicaux épiques et ses multiples références aux épisodes précédents.




L'histoire débute au Royaume d'Alexandrie dirigé par la reine Branet, lors de la fête d'anniversaire de la princesse Grenat. Une troupe de théâtre est invitée en son honneur, mais cette troupe n'est autre que la bande des Tantalas, des voleurs venus pour kidnapper l'héritière du trône. Le personnage principal est un jeune membre de la bande des Tantalas, Djidane, dont la queue de singe lui fait étrangement ressembler à SanGoku de Dragon Ball. La reine lance à la poursuite du groupe le chevalier Steiner, chef des Chevaliers de la garde personnelle royale et garde du corps de la princesse. Mais surprise, la princesse tient à se faire kidnapper ! Après avoir fait la connaissance de Vivi, petit mage noir en quête d'identité, la bande réussit son kidnapping et parvient à s'échapper grâce à leur vaisseau volant, le Prima Vista. En réalité, les motivations des Tantalas n'ont rien de néfaste et l'enlèvement n'était qu'un prétexte pour faire pression sur la reine Branet qui asservit les peuples du monde entier avec son armée. Ceci n'est que le point de départ d'un scénario riche en rebondissements, parfaitement digne de ce qu'on doit attendre d'un vrai Final Fantasy. Néanmoins, certains fans jugent l'univers de FFIX trop enfantin comparé à certains épisodes plus sérieux" comme FFVI ou VII, personnellement, je n'ai pas trouvé cela gênant. De toutes manières, il n'y a jamais eu de "mauvais" FF, chacun sont excellent dans leurs genre ( graphique ou gameplay ).




Au niveau du gameplay, on également revient aux racines du genre avec un retour du "Job System" de FFVI. Chaque personnage possède des aptitudes qui lui sont propres : Djidane est à l'aise à l'arme et pour le vol, Grenat maîtrise la magie curative, Vivi est un prodige de la magie noire, Steiner un chevalier puissant...On revient aussi au système de MP pour la magie, bien moins contraignant que celui utilisé pour Final Fantasy VIII. En ce qui concerne les invocations, appelées "chimères" dans cet opus, seulement 3 personnages sont aptes à invoquer les divinités présentes dans le jeu. Les combats conservent le système Active Time Battle et peuvent désormais faire place à 4 combattants en tout.




En ce qui concerne la réalisation et les graphismes, Final Fantasy IX repousse encore les limites de la 32 Bits de Sony. Les décors précalculés en 2D sont magnifiques et les scènes cinématiques encore plus sidérantes que dans les volets précédents le placent parmi les plus beaux jeux du support. Néanmoins, le character design de certains personnages peuvent laisser à désirer, surtout si l'on n'est pas forcement adepte du SD ( le problême ce pose surtout avec les personnages n'ayant pas énormement de charisme). Le problème vient aussi du fait que les dessins de Yoshitaka Amano (pourtant magnifiques comme on peut les voir sur les CD du jeu et divers artbooks) s'adaptent moins bien à la 3D que ceux de Tetsuya Nomura, le chara designer des deux opus précedents. En ce qui concerne la musique, point important de la saga, Nobuo Uematsu ( le génie derriere les nombreuses BO de la saga ) a encore une fois fait un excellent travail pour sa dernière contribution en solo à la bande son d'un Final Fantasy.




Pour conclure, je dirais que tout fan de RPG, et surtout de cette saga mythique se doit d'avoir fait cet opus, magique, grandiose, très beau, et surtout, respectant la lignée des prédécesseurs de FF VII.

Publié dans Jeux console

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fred47500 07/12/2010 20:08


c'est le meilleur ff auquel j'ai joué car j'en et joué que a 2, le 8 était trop brouillon je comprenais rien mais pour en revenir au 9 je l'ai pas fini tout de même super long et super sympa


NeoJin 08/12/2010 17:02



Le 9 reste effectivement l'un des meilleurs épisodes de la saga avec FF7 et 6.



NeoJin 18/02/2010 09:51


Je prend l'intonation de Nelson dans les Simpsons : "AH AH" ! ^^


Sombre Plume 17/02/2010 15:13


j'étais à deux doigts de la fin de celui-ci T.T Memory card perdue ...J'ai jamais eu le courrage de le refaire depuis ....