Final Fantasy VII

Publié le par NeoJin

ff7


Final Fantasy 7, que dire sur ce jeu qui n'a pas déja été dit ?

Il est sorti en 1997, en début de vie de la Playstation donc, et fut réalisé par Squaresoft. Il s'agit du premier RPG à sortir de manière officielle en Europe et dans le Monde à connaitre un tel succès. Une équipe de rêve en était responsable : Yoshinori Kitase à la réalisation/scénario, Tetsuya Nomura au chara design, et Nobuo Uematsu, compositeur des musiques fabuleuses présente dans le jeu.


Le scénario de Final Fantasy est comme beaucoup de RPG un conte écologique, vous avez pour but de sauver la planete, et par le même biais, l'humanité tout entière. Vous incarné Cloud, un ex-membre d'une faction armée privée, le "SOLDAT", à la solde d'une méga entreprise appelée "Shinra Inc" et détentrice de tous les réacteurs Mako du monde. La Shinra est la plus riche industrie de ce monde et que pour elle et ses dirigeants, rien ne doit se mettre en travers de la route qu'ils ont décidée de prendre. Clad fait à présent parti d'un groupe rebelle appelé "Avalanche" qui se bat pour sauver la planète en détruisant les réacteurs Mako qui vident la terre de son energie vitale. Mais au fil des aventures du petit groupe va se dessiner d'autres objectifs bien plus difficiles avec l'apparition d'un personnage très trouble appelé Sephiroth, ex membre du SOLDAT aussi et ancien ami de Cloud, qui béneficie d'une puissance magique autant que physique phénoménale ainsi qu'une intelligence incroyable. Celui ci s'est mis en tête après avoir découvert son origine quelque peu douteuse de détruire la planète et de trouver la "terre promise", lieu légendaire dans lequel une race oubliée ayant habité la planète devait finir ses jours et y écouler son temps pour un bonheur eternel. Cette race, les Cetras, sera malgré tout au coeur de toute l'épopée que vous allez vivre dans FF7. Autre point de détail interressant, la Shinra avait le même but que Sephiroth, trouver cette terre, afin d'en pomper l'opulente reserve de Mako et engranger ainsi de nouveaux bénéfices.
Ceux qui n'ont pas encore fait le jeu, fermé les yeux : Sephiroth est en fait une création génétique tirée d'un corps retrouvé, Jenova (un cetras, le premier de l'histoire de l'humanité ), vieux de 2000 ans, qui lui aussi tient une place importante dans le déroulement des événements. S'en suivra donc une quête mystique ponctuée de nombreux rebondissements ainsi que de nombreuses rencontres, certaines mauvaises et d'autres magnifiques qui viendront grossir votre groupe d'aventuriers.

ff7 midgar 1024x768



En parlant des aventuriers, chacun d'entre eux à une histoire qui lui est propre, je ne vais pas m'attarder sur l'historique très fourni de chacun d'entre eux, mais certains attireront plus votre attention que d'autres. Cloud, bien sur, le heros principal du jeu par exemple, est un jeune homme dont l'idéal etait de faire parti de la milice armée "SOLDAT" dans une ancienne guerre. Celle ci finie, il s'en ira retrouver Tifa à Midgar (la mégalopole de ce monde) et rejoindra Avalanche en tant que mercenaire, son implication au départ du jeu est plutot faible donc, mais au fil des ses aventures auprès du groupe, il va s'immerger de plus en plus auprès de ses coéquipiers qui vont le soutenir dans tous ses moments de doutes. Barret ensuite, l'armoire à glace de service, est le chef d'Avalanche (au départ), on ne sait pas trop au début du jeu quels sont ses intentions vis à vis de Shinra Inc hormis qu'il hait cette societe plus que tout au monde, son histoire se décantera rapidement et l'on decouvrira par la suite son passé tourmenté. Tifa, une jeune femme amie d'enfance de Cloud et Barret, Vincent Valentine, un vampire à la classe incroyable et Aeris, la dernière Cétras au monde... Citons également Rouge XIII, Cid, Youffie... Si l'histoire des personnages principaux est un régal, que dire de celle de Sephiroth, très obscure mais tellement envoutante.
Une ambiance incroyable donc, et une émotion très forte qui vous feront vous attacher aux personnages d'une manière encore inédite jusqu'alors.

ff7 1



Le gameplay de cet épisode reste bien dans la lignée du précèdent volet, avec comme à l'accoutumée des déplacements sur la carte du monde en vue de dessus , sur laquelle vous aurez de multiples combats aléatoires à gérer. Avantage de cet endroit, vous pourrez y sauvegarder votre partie quand bon vous semble, contrairement au donjons ou les points de sauvegarde se font plus rare. Cette carte est gigantesque et parsemée d'embuches comme des lits de rivières infranchissables au début de l'aventure, des montagnes, des océans et des plaines à perte de vue. Heureusement, des moyens de transports apparaîtront tout au long de votre périple afin de vous faire franchir ces obstacles, comme un buggy, un aéroplane ou encore les fabuleux chocobos ( que d'heures passé dans la fameuse ferme à chocobos pour obtenir le chocobo d'or...).

Le systeme de combat de Final Fantasy reste lui aussi inchangé. C'est donc le fameux systeme Active Time Battle qui fait son retour, un mélange de tour par tour et de temps reel sur des champs de batailles sur lesquels se trouvent votre équipe et les monstres et ennemis en tout genre que vous rencontrerez en face. Le système de fury, appelé limite est bien sur de la partie, celui ci consiste, au bout d'un nombre de coups reçus, à déclencher une attaque dévastatrice de votre personnage, et plus vous tuerez d'ennemis et utiliserez les limites, plus vous en apprendrez de nouvelles. La magie n'est pas en reste dans les combats et un nouvel élément fait son apparition sous forme de pierres appelées materias. Ces pierres seront à insérer dans vos armes qui bénéficieront de plus en plus d'orifices disponibles pour les accueillir et ainsi profiter de leurs caractèristiques propres. Les materias vertes par exemple sont des pierres de magie comme le feu, la foudre ou les soins... Les jaunes ont la particularité de donner aux personnages les utilisant le pouvoir de voler l'adversaire, de découvrir leurs particularités, apprendre leurs techniques etc... Les violettes sont des pierres de soutiens qui vous permettent de couvrir un coéquipier,  les bleues confèreront des pouvoir additionels aux materias vertes , tels qu'absorber une magie spécifique ou encore de pouvoir lancer cette même magie sur tout le groupe adverse au lieu d'un seul ennemi. Les plus importantes enfin, les materias rouges vous permettant d'invoquer un esprit comme Bahamut ou Ifrit et bien d'autres qui ont non seulement des attaques super puissantes mais aussi une cinématique qui leur est propre. Enfin sachez que ces materias progressent en efficacité avec le temps et qu'un systeme de points d'expériences les fait progresser au même titre que les personnages les utilisant. En bref, un systême très fin et détaillé, qui reste pour moi l'un des tout meilleurs dans l'univers de Final Fantasy.

ff7 2



Graphiquement , le jeu à tout de même un peu vieilli, mais on se replonge avec un réel bohneur dans cet univers rendu de très belle manière. Les écrans de jeu sont toujours aussi beaux à contempler et on ne peut que se pâmer devant le travail fourni par Squaresoft en 1997.Chaque lieu est un tableau 2D, très fouillé, dans lequel on se plait à déhambuler et à admirer les moindres details. Notre groupe et les personnages non jouables sont rendus de manière Super Deformed mais cela ne nuit en rien au charisme qu'ils dégagent et améliore même la visibilité du jeu. Quant à la façon dont ils sont rendus lors des combats, que dire, hormis qu'à ces instants là, l'aura qu'ils degagent est poussée à son paroxysme avec des effets magiques et de lumieres qui confèrent à la scène un dynamisme jamais vu jusqu'alors dans le monde du RPG. Pour finir, Final Fantasy 7 était le premier jeu de Square à éclater les mirettes des joueurs avec plus de 120 minutes de cinématiques en image de synthèse de très hautes volées pour l'époque et venant ponctuer du début à la fin des événements importants de votre aventure

Que dire de la musique et de l'ambiance, on atteint des sommets dans ces domaines, c'est ce qui fait de cet opus le préférés de nombreux gamers, et qui nous permet de nous y replonger avec le même plaisir qu'il y à 13 ans de cela...
Prévoyez également une centaine d'heures pour terminer ce jeu à fond, tant celui ci est poussé dans ces moindre détails et terriblement addictif.

Je n'ai rien d'autre à ajouter que cela, les personnes n'ayant jamais fait d'opus de la saga Final Fantasy VII se doivent de l'essayer au moins une fois, car dans cette oeuvre est condensé tout l'esprit qui fait de cette saga un pilier du monde du jeux vidéo. J'attend le 13ème épisode prévu pour mars prochain avec impatience, mais, il sera très difficile de détroner la place que Final Fantasy 7 a dans mon coeur depuis plus de 10 ans.








Publié dans Jeux rétro

Commenter cet article

Sombre Plume 17/02/2010 14:34


Je me le suis refait sur psp ^^ c'est sympa d'y jouer sur console portable ça apporte une dimension nouvelle ^^

(par exemple la musique de victoire quand tu sors des chiottes ^^)


NeoJin 18/02/2010 09:37


Ahahah moi je suis sur Chrono Trigger en ce moment, et justement, depuis FF7, je n'avais pas autant accroché à un RPG...


Stomphead 29/12/2009 09:16


Le meilleur de la serie , a essayer aussi, le crisis core sur psp que tu riesque de bien aimer aussi.


mario mario 28/12/2009 20:46


Oui, c'était bien OoT le vainqueur ...mais c'est difficile de départager 2 jeux aussi différents et aussi excellents dans leurs genres (chacun de ses 8 ou 10 duels était un peu tiré par les cheveux
mais sympathique !)


NeoJin 27/12/2009 17:36


Je me souviens tres bien de ce numéro de Player One, il doit d'ailleurs trainer quelque part dans ma cave ! Il me semble d'ailleurs que c'était OAT qui avait gagné le duel.


mario mario 27/12/2009 17:32


Oui, Neo, tu t'es attaqué à un jeu monstre !

Le scénario, les cinématiques, les personnages, la magie des combats (et notamment les effets visuels que tu as décrits)... Un jeu qui a changé l'histoire des jeux vidéo.

Je me souviens du petit duel FF7 vs. Zelda64, même s'ils sont très différents, et sortis à un an d'intervalle, on les comparait souvent à l'époque (des magazines - comme le Player One de janvier ou
février 99 - organisaient des "combats", critères à l'appui !) ...et comme tu dis, ce fut un choc pour nous, les Européens, c'est le premier épisode qui est arrivé par la grande porte !

S'il existait un guide des 10 jeux à "parcourir" absolument (les 10 jeux à "faire", c'est moche comme mot), il serait sans doute dedans !