GTO

Publié le par NeoJin

gto1

Comme prévu aujourd'hui, je dédie un article au manga, ou pour être plus précis à l'animé de Toru Fujisawa : GTO ( Great Teacher Onizuka ).

Le manga à donc été adapté en anime de 43 épisodes et ont été diffusés au Japon entre 1999 et 2000 et en France sur Canal + en 2004 ( dans l'excellente émission La Caz' il me semble ).
Il est actuellement diffusé sur MCM chaque jour à 17h30.

Eikichi Onizuka n'a pas franchement le profile type d'un brillant professeur. Il a vingt deux ans et est sorti diplômé d'une petite université japonaise de banlieue peu côtée, ou il s'est plus fait remarqué grâce à son physique au club de karaté qu'avec son intellect. Ancien voyou, il apprécie les virées la nuit en moto avec son ancienne bande ou son meilleur ami Ryuji, il ne supporte aucune autorité et continue à être un pervers invetéré, un déconneur hors paires, et un type qui diras toujours tout ce qu'il pense.


D'ailleurs, en suivant son stage d'enseignant au lycée Musashino, sa première motivation est essentiellement de pouvoir sortir avec de jeunes et jolies lycéennes en jouant les professeurs matûres. Hélas pour lui, la classe dont il s'occupe est composée de petites racailles, de filles moche, et quand enfin, un joli minois vient lui faire des avances au lycée, c'est pour mieux le piéger et le faire chanter par haine des profs. Acculé, Eikichi pète les plombs et utilise des moyens musclés, comme à l'époque du gang,  pour résoudre tous ses problèmes. Du coup, il mate les voyous de sa classe et fini par les rendre studieux. Le stage est finalement une vraie reussite...

gto2


Après de nombreuses péripéties, il obtient un poste de professeur au collège de Tokyo Seirin mais sa vie la bas est loin d'être un long fleuve tranquille. Il est déja en conflit ouvert avec le sous-directeur Uchiyamada, qui l'a complètement descendu pendant son entretien et la classe dont il est le professeur principal, est réputée très difficile et a eu raison de tout ses professeurs prédécesseurs.

Côté technique, l'anime n'a rien d'exceptionnel mais reste tout à fait correcte. Certains d'entre vous pourront être rebutés par le dessin de certains personnages et notamment par les grimaces satiriques d'Onizuka. Nous sommes loins des visages angeliques dessinés par certains mangakas mais le character designer a ainsi respecté au mieux l'esprit du manga de Fujisawa, que suit fidèlement la série à peu de détails près.

L'histoire de GTO est truffée d'humour, grâce au personnage incroyable qu'est Eikichi, placé au milieu d'une société bien pensante. Il donne libre cours à son instinct, dur mais juste,  et cela donne des situations recambolesques: courses poursuite en camion, abattage de cloison à la masse chez un parent d'élève, tir au harpon sur le sous-directeur ou encore un magnifique german suplex,  etc... A cela s'ajoutent ses côtés pervers qu'il essaye tant bien que mal de maitriser pour sauver la face, mais ce n'est pas toujours évident. Il passe rarement à l'acte comme le légendaire Ryo Saeba de City Hunter mais il n'y a guère de différence entre les deux personnages à la rencontre d'une jolie femme ! Bien qu'un brin voyou et sans gênes, il a un très bon fond et un grand sens de la justice et de l'honneur. Son côté primaire débloque des situations délicates que les personnes avec de bonnes intentions ne parviennent pas à maitriser. Le personnage devient attachant avec son envie de bien faire, sa crainte de ne pas perdre la face et ses petites maladresses.

gto3


Si une grande partie de l'histoire reste dans le domaine du satirique avec les affrontements avec le sous-directeur Uchiyamada ou les débordements d'Eikichi, une partie est également un peu fleur bleue (un peu trop à mon goût justement ), avec les différentes histoires de coeur qui se passent. C'est tout d'abord les relations sérieuses d'Eikichi avec Azusa Fuyutsuki, une de ses collègues enseignantes qui l'a soutenu pour entrer. Ensuite, ce sont les histoires autour des élèves qui se montent petit à petit, une fois que le professeur Onizuka est bien campé dans son poste.

En conclusion, Great Teacher Onizuka est un dessin animé très sympathique alliant humour, bagarres et situations de la vie quotidienne, visant un public Shonen mais également plus adulte.

J'ai lu un paquet de manga, vu quantité d'anime mais malgré la qualité exceptionnelle de nombre d'entre eux je n'ai jamais vu un tel soucis du présent, une telle approche des valeurs actuelles de la société et une telle "leçon" d'humanisme.
Alors, pourquoi une telle vénération pour cette série qui semble sans conséquences, distrayante tout au plus, c'est probablement que plus que de m'être arreté à l'anime, en attaquant le manga, on se rend compte qu'il explore beaucoup plus en profondeur le problême que traverse l'enseignement actuel et la nécessité de trouver des Great Teachers; des enseignants qui ne baissent pas les bras qui ont la vocation d'être des "appreneurs" de la vie et surtout qui ne soient pas inévitablement la proie d'une société qui impose sans cesse son planning bien pensant à des élèves qui ont soif de renouveau ou plutôt soif de trouver leur propre voie et leur propre identité. Un problême qui se pose au Japon, tout aussi bien qu'en France...

gto4

Pour illustrer tout cela,  je citerai des exemples du manga et de l'anime : Kanzaki par exemple,  la surdouée qui ne peut s'intègrer aux autres de par son intéllect surdéveloppé, trainée jusqu'au seuil de la mort par le héros-professeur elle prendra conscience de sa mortalité, de son "humanité". Le sous-directeur dément est quant à lui une caricature d'un homme avili par un système qui ne le lui donne que des but matérialistes (au point que sa " Cresta " est d'après lui le seul remède à tous ses maux). Pour finir il faut réaliser que l'enseignement japonais n'a rien d'une partie de plaisir, le culte de la perfection ne fait pas de cadeau, avoir utilisé un ancien voyou a moto comme figure emblematique d'une révolution pédagogique est tout simplement génial même si malheureusement terriblement utopique. Autant d'exemples qui prouvent qu'entre les bulles GTO est un vrai manga de société et pas seulement japonaise malgré les innombrables références à des pratiques purement nippones on entrevoit le reflet de quelque chose de bien plus proche de nous...

gtofin

Si l'anime vous a plu, je vous invite comme moi à vous attarder au manga par la suite, et ainsi vous comprendrez comment GTO est devenu l'une des oeuvres japonaises cultes  de ces 15 dernières années.




Publié dans Manga

Commenter cet article

Catch Bastien 02/11/2011 18:02


j adores GTO je les est tous lue moi je prefere le mange que l anime


Katone 20/05/2011 21:35


ba nan ça c'est young gto , mais nn jte jure y en parlé deja l'an dernier dans le shonen jump !


Katone 17/05/2011 08:14


Alalala ! GTO quoi ! c'est tellement bon ! que de bons souvenirs ce manga ! ma jeunesse quoi !
l'opening ! sur mon ipod ! quesque je dis ! les opening et ending ! mais il va bientot y avoir la suite ! enfin , elle et deja en cours au japon je crois !


NeoJin 20/05/2011 17:45



La suite de GTO ? T'es sur, faut que je voye ça lol !


 


C'est pas les épisodes qui se déroule avant GTO ou bien ( avec Onizuka jeune ) ?



Aurélien 26/11/2010 18:06


MON MANGA PREFERE !!

J'ai bien bien aimé l'anime mais j'ai beaucoup mal avec la Vf


NeoJin 26/11/2010 23:11



Il y a pire en doublage mais il est toujours préférable de regarder les animes en VO ^^



Jaï 11/11/2010 14:21


je suis rendu a l'épisode 28 en vf et ça fait longtemps que je revais de regarder un épisode et c'est fait


NeoJin 11/11/2010 15:21



Je te recommande toute la série, c'est vraiment du bon, et d'ailleurs, chose rare, la vf est vraiment sympa !