Rayman

Publié le par NeoJin

raymancover

 

 

Article consacré aujourd'hui à l'un des meilleurs jeux de plates formes de son époque, et qui, 15 ans après sa sortie ( sur Playstation, Saturn et Jaguar ), n'a pas pris une seule ride.  Développé par les studios Ludimedia ( qui deviendront par la suite Ubisoft Montpellier , rattaché à la grande firme Ubisoft ), il marque le premier grand coup de ce studio Français vers le succès qu'on lui connait aujourd'hui encore : entre Lapins Crétins et Assassin's Creed.

 

 

Je me souviens encore du jour ou j'ai reçu ce jeu, il y a une dizaine d'année. J'avais collecté des points sur les bouteilles d'Oasis, que j'avais soigneusement accompagné d'une lettre afin de recevoir ce jeu gratuitement. Je venais de recevoir ma Playstation et c'est avec un grand plaisir que je découvrais que cette console aussi, avait quelques jeux de plates formes en 2D me faisant envie et qui servirait de lien à mon passage de la génération 16-Bits à celle des 32-Bits.

 

 

Le scénario de Rayman n'est pas très compliqué : dans un monde féérique peuplé de créature de toutes sortes,  Mr.Dark, le méchant de cette histoire dérobe le grand Protoon, un élément indispensable à l'équilibre de ce beau monde. Les habitents de ce mondesollicitent donc l'aide de Rayman, un personnage sans bras ni jambes à mèches blondes qui sera aidé part les capacités que Bétilla, une fée peut lui confier des pouvoirs divers....

 

 

On débute notre aventure dans une jungle appelée forêt des songes, qui constitue le premier monde des cinq que vous allez visiter. Dès les premiers instants, c'est une véritable baffe : les graphismes sont étonnamment colorés et fins, composés de plusieurs arrières plans distincts, tous plus beaux les uns que les autres. Mais le véritable exploit graphique de Rayman, c'est son animation : entre autres, dès le premier niveau, vous ne pourrez pas ne pas remarquer avec quel aisance et souplesse se déplace notre personnage. On peut voir aussi de nombreux détails animés, toujours dans le premier niveau. Des papillons aux champignons acrobatiques, impossible de ne pas être épaté par cette véritable peinture animée !

 

rayman1 


Si le jeu a aussi bien vieilli, c'est bien evidemment grâce à tout ces éléments : du début à la fin, chaque monde et chaque niveau est un vrai travail d'orfèvre. C'est d'autant plus réussi que le titre peut aussi compter sur un univers enchanteur et fantaisiste. De la cité des images au ciel chromatique, en passant par les caves de Skops, vous oublierez difficilement les cinqs mondes proposés. Il y a suffisamment d'éléments flattant nos yeux et notre imagination pour les rendre inoubliable. Entre autres, les niveaux dans les montagnes bleues sont tous plongés dans une nuit claire, laissant apercevoir de magnifiques aurores boréales, sans oublier parfois quelques chutes de neige...

 

rayman2

 

 La  bande sonore de ce tout premier Rayman est tout aussi magique que ses graphismes avec qui elle se marie harmonieusement, et on ne peut regretter qu'une chose : que les nombreuses pistes soient relativement courtes (souvent de l'ordre de la minute) et s'enchaînent un peu rapidement par rapport à la longueur des niveaux.

Autre point essentiel dans un jeu de plates-formes, le gameplay. Je vous rassure tout de suite car le jeu profite d'un grand nombre de mouvements et d'actions possibles ainsi que d'un très bon level design. Mais commençons par la prise en main : au départ, vous n'aurez que très peu de mouvements, vous ne pourrez que sauter, mais très rapidement viendront s'ajouter au saut le poing téléscopique (pour se débarrasser des ennemis, maintenir le bon bouton permet de l'envoyer plus loin), la possibilité de s'accrocher aux rebords et de se balancer avec des objets volants, sans oublier l'indispensable hélicoptère (la chevelure de Rayman lui permet de voler un court instant) et tout à la fin du jeu la possibilité de courir pour allonger les sauts. En somme, un panel de mouvements très complet, même si depuis d'autres jeux ont proposé davantage de mouvements. Le tout se joue au poil et de manière intuitive : Rayman est en effet très souple, et une bonne utilisation de chacun de ses pouvoirs vous empêchera de perdre des vies bêtement à maintes reprises.

rayman4


  Le level design est quant à lui tout à fait à la hauteur. Dans un premier temps, le jeu se limite à parcourir tous les niveaux, riches en plates-formes et ennemis de toute sorte ainsi qu'en objets vous conférant de nouvelles vies. A la fin du cinquième monde si je me souviens bien, vous devrez véritablement refaire le jeu pour enfin affronter Mr.Dark. En effet, chaque niveau (divisé en plusieurs sous-niveaux) contient 6 cages contenant des électoons, des personnages rose qui participent au beau fonctionnement du monde de Rayman. La plupart de ces cages sont bien cachées et il faudra visiter de fond en comble chaque niveau... De quoi donner du fil a retordre aux joueurs les plus experimentés.

 

 

rayman3


Une autre grande force du level design réside dans sa variété. Michel Ancel et son équipe ont eu l'excellente idée de parsemer les mondes de quelques niveaux au déroulement moins habituel. Les tout premiers niveaux du jeu sont très révélateurs de cette caractéristique : vous devrez en effet grimper un niveau le plus rapidement possible en plantant des graines faisant apparaître des plates-formes pour éviter de vous noyer dans l'eau qui ne cesse monter, et quelques niveaux plus tard, après un premier affrontement contre un moustique faisant office de boss, le même acceptera de vous faire traverser un marais sur son dos.


 Chacun des boss en questions risques de vous opposer une bonne résistance. Bien qu'il s'agisse seulement de repérer un point faible ou de renvoyer une attaque ou un objet à l'aide de votre poing, ils disposent tous d'une flopée d'attaques qui mettront à l'épreuve vos réflexes. Les boss vous marqueront aussi par leur originalité, leurs mimiques... Impossible d'oublier Mr.Sax, un saxophone géant qui vous attaquera à l'aide de ses fausses notes, tout comme Moskito, le moustique géant...

 


rayman5



Il faut aussi soulever un autre point au sujet de ce jeu : terminer Rayman n'est pas donné à tout le monde. Les niveaux sont déjà pour la plupart assez vicieux, avec certains passages véritablement casse-pieds. On se plaint souvent de la facilité des jeux d'aujourd'hui, mais n'oublions pas qu'une trop grande difficulté peut déteindre sur le plaisir de jeu dans certains cas, comme dans Rayman parfois, ou un game over est synonyme de recommencer tout le niveau depuis le début (un niveau étant divisé en plusieurs sous-niveaux, je le rappelle). Le game over est d'autant plus fatal que vous en avez un nombre limité : après cinq game over, vous devez recommencer le jeu depuis le tout début. Repérer les vies et refaire les niveaux simples plusieurs fois sera donc indispensable pour finir Rayman. La difficulté vient aussi des cages, pour la plupart bien cachées. Lors d'une première traversée du jeu, il n'est pas impossible de finir la plupart des niveaux avec seulement une ou deux cages au compteur ! Il faudra aussi revenir en arrière à mesure que vous obtenez de nouveaux pouvoirs. Mais dans ce cas-ci, il s'agit d'une bonne difficulté, celle qui rallonge la durée de vie et nous oblige à connaître le jeu par coeur et donc à "mériter" d'en voir le bout. La durée de vie de Rayman est effectivement très bonne, puisqu'elle oscille entre 10 et 20 heures de jeux !

 

 

 Pour conclure, même 15 ans après sa première sortie sur Playstation, Rayman a donc toujours aussi bonne mine. Déjà très bien conservé point de vue visuel et sonore, son gameplay fait toujours mouche. Même s'il n'est pas original, son efficacité, sa souplesse  , ses petites originalités disséminées dans son level design  en font un jeu de plates-formes excellent. Un jeu indispensable si l'on est amateur de jeu du genre et si l'on veut découvrir les premiers pas de la firme Ubisoft ( a quand un nouveau Rayman digne de ce nom d'ailleurs... ).

 



 

Publié dans Jeux rétro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Katone 14/04/2011 17:07


ce jeu là , je pense que c'est un peu de l'enfance de tout le monde !
Moi étant fan de nintendo, j'ai comme meme aimé et finis ce jeu :)


Zyrow 08/03/2011 15:21


Moi la première fois que j'y est joué c'était sur PS1 et j'avais bien aimé ^^


thierryyy 05/03/2011 18:39


Salut,
Site très interessant, merci...


Mavieestgreatch 01/03/2011 18:59


Je crois que j'ai un problème avec les studios français. je n'aime aucun de leur jeux. Je crois que leur style graphique m'a jamais donné envie. Et pourtant je ne suis pas contre la bd franco-belge
mais voila...... Pourtant j'y avais beaucoup joué à ce jeux mais j'ai jamais eu la patience de le terminer.
C'est triste.
En tout cas, très bon article buddy !


NeoJin 02/03/2011 09:43



Ouaip je comprend, ayant grandi avec les dessins animés du Club Do, les jeux videos japonais et les mangas, j'ai jamais reussi à jouer sur PC par exemple, justement parce que trop habitué au
chara design style "manga"...


Merci pour ton passage



mariomario 01/03/2011 15:18


Excellent ce premier Rayman !

Merci pour ton article qui nous replonge bien dans la poésie de ce personnage.

Je me suis subitement souvenu des bouteilles d'Oasis période 2000 ! :) même si je n'avais pas participé à l'opération, tu m'a mis un grand coup de nostalgie (j'étais très Oasis) !
J'ai beaucoup aimé l'épisode 2 (j'étais sur N64) et j'ai découvert le premier sur le tard (sur PS1).
Les lapins crétins n'ont pas du tout cette poésie d'ailleurs, ce sont des "modeux", des caricatures exhubérantes mais pas du tout naïves. Dommage que Rayman n'ait plus la côte ...sauf à revenir
dans des rééditions de vieux épisodes justement (Rayman 2 sur Itunes... ou sur 3DS !). Espérons que "Raymans Begins" (je ne le souviens plus du titre exact) soit aussi bon que les "New Super Mario"
ou le "Donkey Kong Return", l'homme sans bras mérite un grand come-back "retour aux sources" !


NeoJin 01/03/2011 18:25



Merci


Je n'ai pas fait le deuxieme épisode mais par curiosité je pourrais me laisser tenter.


 


Personnellement je n'ai jamais joué aux lapins crétins, ça ne m'attire pas du tout. Par contre, si ce Rayman Begins est du même acabit que les deux jeux que tu citais, il pourrait
très fortement m'interresser !