Shenmue

Publié le par NeoJin



Aujourd'hui, comme promis, je vous propose un article qui je l'espere sera plus complet que mon premier sur le sujet, à savoir sur l'un des derniers jeux vidéo à m'avoir réelement mis une claque : Shenmue premier du nom sur Dreamcast.

Ce bijou fut à l'époque attendu par bon nombre de gamers qui entendait parler de ce projet depuis 1994. Autre point décisif, le jeu serait produit par Yu Suzuki, papa de grands hits cultes tels que Hang On, Virtua Fighter, Space Harrier, Out Run, Daytona USA ou encore After Burner.

Le jeu pointa finalement le bout de son nez en 1999 ( décembre 2000 en France ) avec la sortie de la nouvelle console de Sega, la Dreamcast.

Pour tout ceux qui ont eu la patience d'attendre sa sortie en France, ce fut le choc , de part ses graphismes, sont gameplay original et son ambiance unique, le succès ne fut malheureusement pas au rendez vous, mais comme on dit, les vrais savent !

Noel 2000, j'ouvrais fébrilement mes petits cadeaux quand je tombais enfin sur l'objet tant attendu, sans plus attendre, je me précipitais dans ma chambre avec la fameuse galette et m'enfermais pour le restant de ces fêtes de fin d'année avec cet oeuvre fabuleuse. Ryo Hazuki allait devenir mon meilleur ami pour le prochain mois à venir !


La première chose qui pouvait frapper en commencant le jeu furent les voix en anglais ( ce qui devait un peu gâcher l'ambiance globale ) et surtout bien entendu qu'il ne fut pas traduit en français ( pas même dans les sous titres ) ce qui explique en partie l'échec commercial du titre en France.
Passé cette première surprise, nous sommes directement plongé dans le scénario dramatique de Shenmue :
Début du mois de décembre 1986, Ryo Hazuki, un jeune homme de 18 ans, habite dans un quartier de Yokozuka. Alors qu'il rentre tranquillement chez lui , voila qui retrouve sa nourrice, Ine San chez lui, apparament très éprouvée par un évenement qui vient de se dérouler. Après un court dialogue, Ryo se dirige vers le Dojo familiale, ou il trouve son partenaire de combat Fuku san, blessé. Ce dernier lui après que son père est en plein combat avec un terrible inconnu... Ryo pénètre dans le dojo et découvre son père , Iwao, se battant effectivement contre un homme, Chinois apparament. Il essaye d'intervenir mais est vite stoppé par les gardes de l'inconnu. Ryo assiste alors à un dialogue qui lui revelera beaucoup de choses. Ainsi, cet étranger s'appelerait Lan-Di et voudrait récupérer un miroir qui appartient à son père. S'en suit alors un terrible combat au cours duquel Iwao succombera à un coup fatal de Lan-Di, Ryo sera également frappé et étourdi, mais il échappera au même sort que son père, et à son réveil, il jurera de venger la mort de celui ci.



Le style de Shenmue fut annoncé comme F.R.E.E. Que se cachait donc derrière ce nom étrange ? Cela veut dire précisement Full Réactive Eyes Entertainment. Cela fait partie de la révolution engendrée par ce jeu, puisque ce mode vous permet de regarder ou bon vous semble et de toucher tout ce que vous trouvez.  Ainsi lorsque vous entrez dans une pièce, vous pouvez y pénetrer en vue subjective et pouvez entrer en interraction avec les différents objets présents. Vous débutez donc le jeu dans la chambre de Ryo, on y trouve on bureau qui est un bon premier exemple. Sur celui ci vous pouvez allumer la lampe, ouvrir les tiroirs et surtout prendre en mains ce qu'il contient...

Ce qui impressionnait de suite également furent bien sur les graphismes. Un véritable pas en avant pour le monde des jeux vidéo console à l'époque. Il suffit de les comparer aux autres jeux de la même époque , touts supports confondus, pour s'en rendre compte. On remarque tout d'abord les personnages modélisés à la perfection. Les visages sont très détaillés, on peut y voir la jeunesse dans les traits de la peau, et surtout la vieillesse avec ses rides et ses plis. Les décors aussi sont particulièrement soignés. Les différents lieux ont été découpés en zones et on observe un petit temps de chargement entre chacuns d'entre eux. Rien de dramatique en réalité. La première ballade de Ryo en ville restera à jamais gravé dans ma tête. Les gens se prommenant dans les rues, discutant entre eux, travaillant, vivant en somme. Je n'avais jamais vu ça.



Le gameplay du jeu est très intuitif, en fait, Ryo peut éxécuter un très grand pannel d'actions, mais les commandes ont été simplifiées et sont toutes regroupées autour du bouton A. Avec cette touche, vous pouvez parler, prendre un objet, actionner un mécanisme, ouvrir une porte etc... Parmis les autres actions disponible, vous pouvez bien entendu courir, consulter votre note book ( carnet ou Ryo note toutes les informations utiles à son enquête sur le meurtrier de son père, qui s'avère donc indispensable ), et les divers objets de votre inventaire.
Petits exemples des objets que vous pourrez collectionner ou récupérer : des figurines ( Gashapon ) représentant des héros de la firme de Yu Suzuki, AM2, dont beaucoup de personnages de Virtua Fighter. Des cannettes qui pour certains d'entre elles peuvent vous faire gagner des items spéciaux, des cassettes avec la sublime musique du jeu que l'ont peut écouter à l'aide d'un walk man et aussi des parchemins contenant les secrets de nouvelles techniques d'arts martiaux que Ryo pourra apprendre pour progresser.



L'une des principales innovations du jeu fut bien entendu l'introduction d'un Quick Time Event digne de ce nom. Le principe avait vu le jour en 1983 avec Dragon's Lair, considéré en fait comme un dessin animé interactif, mettant en scène un héros et son aventure, durant laquelle le joueur doit appuyer sur des touches pour faire avancer le scénario. La différence essentielle avec le QTE provient du fait que les touches ne s'affichent pas à l'écran. Le joueur doit savoir quand et où appuyer en fonction du déroulement de la scène.
De très nombreux jeux ce sont inspirés de ce systême depuis : God Of War, Uncharted, Resident Evil 4 et j'en passe.
A des moments précis du jeu donc, des touches apparaitront à l'écran et il faudra les presser le plus rapidement possible dans un temps imparti. Cela donnera lieu à des scènes dignes des meilleurs films d'arts martiaux. Il y a une séquence par exemple ou vous devrez poursuivre un malfrat dans une rue très fréquentée. A chaque obstacle, vous devrez appuyer sur une touche de vous planter lamentablement sur le sol...

Les Free Battle quand à eux sont en fait des séquences directement issu de Virtua Fighter et intégrés dans Shenmue. Yu Suzuki n'est pas un fana d'arts martiaux pour rien, lorsque l'occasion se présentera, vous devrez combattre des adversaires réticents à vous delivrer des informations. Le jeu passera alors de la vue à la troisième personne à une représentation de côté, ressemblant à ceux des jeux de combats. Mais ici, pas de barres de vies mais une sorte d'horloge vous indiquant vos PV. Vous possédez différents coups ( poings, pieds, prises, esquives ) que vous pourrez bien entendu améliorer grâce aux parchemins dont je vous parlais plus haut ou grâce à des maitres de l'art du combat qui vous apprendront des techniques inédites. Ryo a également la possibilités d'améliorer ses capacités en s'entrainant dans son dojo avec son camarade Fuku san ou tout seul dans les parcs de la ville.



Parmi les moments uniques du  jeu on trouve les magasins de la ville ou vit Ryo. On peut y acheter à peu près tout et n'importe quoi en dépensant les quelques yens en votre possession ( donné chaque matin par votre nourrice ). Vous pourrez aussi les dépenser en jouant à des anciens hits d'arcades de Sega tels que Hang On ou encore Space Harrier dans une des salles d'arcades modélisés dans Shenmue. Par la suite, Ryo devra même se trouver un travail qui se révelera être un poste de transporteur de marchandises dans un port. Vous sera payés selon vos performances par votre patron. Unique en son genre je vous dit ! Un autre excellente idée se trouve dans la gestion du temps. Il s'écoule comme dans la réalité sauf qu'ici une journée représente une heure de votre temps. Il faudra malgré tout surveiller la montre de votre personnage pour rentrer vous coucher à 23h30, sous peine de remontrance de la part de Ine San ou de faire de mauvaises rencontres la nuit... Vous aurez également à donner des rendez vous à heures précises ce qui demande de suivre extrêmement attentivement le déroulement du temps dans le jeu.



Que dire de plus sur un tel mythe ? Peut être d'exprimer la décéption du succès que le jeu méritait et qu'il n'a pas connu, ce qui d'ailleurs fut une des raisons de la chute de Sega : Shenmue étant le jeu vidéo le plus cher à réaliser de l'histoire à l'époque (70 millions de Dollars)  Sega comptait bien évidemment beaucoup sur lui afin de faire vendre des Dreamcast. Son ambiance si particulière et typiquement japonnaise n'avait à l'époque pas su conquérir le coeur des joueurs  ( ceci dit, surement pas à cause de la qualité du jeu, mais plutôt d'une très mauvaise opération commerciale ).
L'histoire personnelle de  Ryo également et le concept de jeu imposent au joueur une certaine patience et de l'implication : en effet, les phases d'exploration sont souvent nécessaires (comme demander le chemin à un passant régulièrement ou encore des indices pour son enquête), les dialogues sont nombreux et l'action, bien que présente, est reléguée au second plan. Cela lui a valu les foudres des joueurs adeptes de l'action et de la violence gratuite à tout prix...



Notons d'ailleurs que beaucoup de ce qui à fait le charme de ce jeu, se retrouve dans la nouvelle série de Sega, Yakuza, possédant beaucoup de points communs avec Shenmue et qui à déja vu deux épisodes sortir sous nos contrées sur Playstation 2, et deux autres épisodes sur Playstation 3 qui , esperons le , ne metteront pas 5 ans à débouler en Europe.

Rassurez vous cependant, il n'est pas trop tard pour découvrir cette oeuvre majeure de ce début de 21 ème siècle, et même si la saga n'a connu qu'une seule suite avec Shenmue 2, il est indispensable à tout bon gamer d'essayer ( ou même de le terminer ) ce jeu rien qu'une fois !


Très bon vidéotest de Hooper ( dont je partage en grande partie l'avis ) en deux parties pour finir , disponible sur Youtube :

Publié dans Jeux console

Commenter cet article

Sombre Plume 17/02/2010 15:00


Ca me rappelle la parodie du Hall of shame tout simplement excellente ^^

http://www.dailymotion.com/video/x6gqx2_shenmue-parodie-nolife_fun


NeoJin 18/02/2010 09:44



Je connaissait pas cette vidéo, merci ^^



NeoJin 29/11/2009 11:21


On en parlait avec un collègue et justement c'est le nom de GTA qui est revenu !


mario mario 28/11/2009 20:59


Pour le plus novateur... Je cherche...

Peut-être les derniers GTA (qui reprennent ce principe de ville immense et libre, avec plein d'actions possibles) mais avec la poésie en moins...

Non, je vois pas trop ! Si j'ai une idée, je repasse...

...Peut-être Zelda Majora's Mask pour son principe de "un jour sans fin" ("trois jours sans fin" plutôt) assez génial (et bizarrement jamais retenté depuis !)


NeoJin 27/11/2009 09:19


You're Grounded !

Et puis tu n'as même pas fait Shenmue !


mojo 26/11/2009 21:19


moi je pense que si.