Super Mario 64

Publié le par NeoJin



Bonjour à tous ! Comme prévu, l'article d'aujourd'hui sera dédié à l'un des grands classique de Nintendo, sorti en 1996 sur Nintendo 64 et qui fut la vitrine d'époque de ce que pouvait offrir cette excellente console.
Toujours réalisé par le génie Shigeru Miyamoto, il fut le premier épisode de Mario entièrement en 3D. Nombreux furent les gamers à se procurer la N64 uniquement pour ce jeu. Il est vrai que l'ont ne parle pas beaucoup de Nintendo sur notre blog, pour la simple et bonne raison que l'ont ne trouve plus aujourd'hui dans cette firme, les jeux et concepts vraiment nouveaux et révolutionnaire qu'ils proposaient à l'époque (New Super Mario Bros sur Wii par exemple, portage "amélioré" de la version DS, de qui se moque t'on ?).


A l'époque la 3D fait saliver les joueurs, pressés de commencer une aventure avec leurs mascotte favorite avec une liberté sans précédent dans l'univers de Mario. Mais la 3D fait aussi peur, un Mario en relief proposera t'il une aventure aussi jouissive que lorsqu'il se déplaçait dans un monde plat, ne se mouvant uniquement au moyen d'un scrolling horizontal et vertical ? A sa sortie en 1996 pour accompagner sa nouvelle console de salon, Nintendo n'avait pas le choix, son titre devait frapper fort, la guerre des consoles etant déja engagé contre Sega, et surtout Sony qui a rapidement acquis une grande notoriété dans le secteur grâce à sa Playstation, devenue phénomène de société. C'est la Playstation de Sony qui a fait découvrir en premier au grand public la 3D, et non Nintendo. Pour la première fois technologiquement devancé, il ne reste donc plus à Big N comme alternative de démontrer ce qu'ils sont capables de faire dans le domaine.

Parlons donc du jeu en lui-même. Inutile de s'attarder longuement sur le "scénario" devenu classique de la princesse Peach kidnappée pour la énième fois par l'infâme Bowser, pour se concentrer sur les premières minutes de prise en main. Le joueur débute dans le jardin du château, avec ce dernier, imposant et magnifiquement planté droit devant lui. Dès lors, on est instantanément plongé dans l'univers féerique de Mario. Pour dire vrai, tout joueur imaginait en soi le monde du plombier ainsi, y compris moi,  mais n'osait pas imaginer le jour ou ce fantasme sera enfin reproduit à l'écran. On est instantanément émerveillé, que faire, comment démarer? Aller dégourdir les jambes de notre petit plombier et découvrir timidement les commandes spécifiques à cet opus 3D, ou succomber de suite à l'appel du château et des dizaines d'heures d'aventures qu'il propose?



Nous opterons pour le premier choix. La manette si originale pour l'époque de la N64 offre une parfaite prise en main, on la dirait conçue avant tout pour ce type de jeu (et pour les FPS c'est vrai aussi, il suffit d'avoir testé Goldeneye ou Perfect Dark pour s'en rendre compte). Le stick directionnel, objet de beaucoup d'interrogations de la part des habitués de la croix directionnelle, permet au joueur un contrôle parfait du héros. On va ou on veut, et on avance à la vitesse que l'on veut, à son rythme chose ô combien importante. Dès le départ on prend confiance en ces commandes et on commence à utiliser le jardin royal qui fait alors office de grand terrain de jeu et d'entraînement pour se lancer dans des pitreries inédites et très amusante. On note une palette de sauts et de mouvements aussi originaux et innovants les uns que les autres, qui s'avéreront tous utiles, aucun n'est superficielles. Prometteur pour l'aventure qui débute !

Enfin, on se décide à prendre la direction de ce gigantesque château, n'oublions pas que la princesse nous y attend ! Une fois les portes refermées derrière soi et passé l'interlude de Bowser qui nous apprend fièrement qu'il a encore reussi à kidnappé cette gourde de Princesse Peach, on commence enfin l'exploration du château. On se rend vite compte que certaines portes s'ouvrent, d'autres pas. Certaines ont même un numéro étoilé sur elles (amenant chacune à un monde). Les étoiles résument bien le moteur du jeu, mis en place par les développeurs. Mario devra défier la horde de Bowser dans 15 mondes différents, chacun renfermant 8 étoiles, un défi incroyable et qui vous tiendra très longtemps en haleine. Plus vous aurez d'étoiles, plus vous pourrez ouvrir de portes et ainsi de nouveaux mondes inexplorés. Et vous vous rendrez vite compte qu'en plus,  le château regorge de passage secrets, mais aussi d'étoiles cachées. La bâtisse elle même est un véritable monde à lui seul, vaste (avec plusieurs niveaux : RDC, sous sol et étages), ultra fidèle à l'univers Mario avec ses clins d'œil, et comprenant aussi des énigmes. Ainsi, vous pouvez très bien découvrir un monde, y récupérer 2 ou 3 étoiles, ne pas le finir à 100% et passer de suite à un autre monde. Une totale liberté d'action, permettant au joueur de ne jamais rester bloquer et de toujours trouver une étoile plus facile à obtenir que d'autres afin de débloquer de nouvelles portes. Ainsi, la progression est régulière et donc on ne s'ennuie jamais.



Les mondes, parlons en : Ils sont pour la plupart une transposition des différents thèmes connus sur Nes et Super Nintendo, mais certains font aussi leur apparition pour la première fois en dehors des classiques niveaux du désert ou de la neige (sublime ici d'ailleurs). Caverne, montagne, épave échouée, horloge, monde du feu, tous à l'exception peut être du dernier monde plus "bâclé" (arc en ciel) ont leur propre identité, ils ont fait preuve d'une attention toute particulière dans leur structure par les programmeurs et à la façon pour le joueur d'y progresser. On réussit toujours à se situer où que l'on soit, difficile d'être perdu malgré l'étendue de certains mondes. Les graphismes sont très corrects, et carrément impressionant pour l'époque (13 ans le jeu hein) et ils ont l'avantage de retranscrire parfaitement le monde du plombier, sans surcharge, mais avec un certain charme qui fait qu'on est plongé et émerveillé par le tout. On ne retrouvera plus un tel cachet de qualité dans Super Mario Sunshine et ses succésseurs... On trouve aussi des niveaux spécifiques où l'on doit défier le vilain Bowser. Ces niveaux sont le summum de la plate forme 3D. Ils mettent en valeur le gameplay sans défaut du jeu, et aujourd'hui encore, le défi qu'ils proposent est d'actualité. Les combats avec Bowser sont anthologiques, aidés par l'énorme modélisation de ce boss, impressionnant. rassurez-vous, la technique pour le battre est simple, un bon timing étant comme toujours la clé du succès.




L'animation de Mario, des ennemis et des éléments du décor les plus impressionnants sont parfaitement fluides, on ne réussit jamais à tuer un ennemi ou à atteindre une plate forme haut perchée par chance. Tout est millimétré et très bien étudié. Seuls inconvénients à ce tableau idyllique,une caméra (que le joueur peut utiliser afin de recadrer l'action) parfois réticente dans les endroits confinés et la présence de petits bugs graphiques ci et là, relativement insignifiant au final.

Mais que serait un Mario sans des musiques dignes de ce nom? Rares sont les musiques de jeux comme ce Super Mario 64 qui peuvent se targuer de rester dans la tête d'un joueur des années après y avoir joué? Très  peu, et c'est la l'emprunte des grands jeux. Koji Kondo, musicien attitré de Nintendo s'en est donné à cœur joie, dépoussiérant et remixant ses grands classiques 8 Bits afin de donner la touche finale à cet univers. En tout cas, les thèmes sont toujours bien choisis et l'immersion est totale. Ajoutons à cela la voix de Mario pour la première fois révélée dans un épisode (doublé par le Français Charles Martinet), qui fait du moustachu un joyeux luron quelque soit la situation. Super Mario 64 saura tenir en haleine tous les types de joueurs. Que vous désiriez uniquement boucler le jeu d'un traite jusqu'au boss final ou que vous désiriez prendre part au grand challenge qu'offre la récupérations des 120 étoiles, dans les deux cas vous aurez l'agréable impression d'une aventure bien remplie, une expérience de jeu génial et unique...

J'ai pour ma part reterminé le jeu il y a un an, et il n'avait pas vieilli d'un poil , fun toujours présent, gameplay à l'éfficacité unique et durée de vie completement dingue... Il s'agit la d'un véritable incontournable, que l'ont soit fan de Nintendo ou non, à avoir fait et à posséder !

Publié dans Jeux rétro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sombre Plume 17/02/2010 15:04


Le jeu est quand même énorme ... Il y a une tonne de choses à faire et à découvrir, un peu comme tout les mario =)


NeoJin 11/11/2009 10:05


Merci ^^

Oui cet épisode est excellent, on y retrouve tout les plaisirs des épisodes Nes, dans un environnement 3D.

Pour la version DS, tu veux parler du portage Mario 64 ? Je n'y ai pas joué, je ne peut donc pas te donner mon avis dessus^^

A bientôt !


Mario Mario 10/11/2009 23:47


Je viens de découvrir ton blog et la première image c'est Mario64, ça commence très bien !

Moi aussi, j'y ai rejoué récemment et c'est toujours aussi bon. Meilleur sur la télé avec la 64 que sur la DS d'ailleurs (le maniement de ce jeu sur DS gâche un peu le plaisir !)

A bientôt Nerdzx3,

Mariox2